Journaliste, animateur, facilitateur : appellations à contrôler !

Derrière le rôle de Monsieur ou Madame Loyal, on trouve des appellations fort diverses : journaliste, animateur, facilitateur, ... Cela rend difficile parfois pour ceux et celles qui organisent des événements d'identifier quelle valeur ajoutée se trouve derrière chacun de ces rôles et donc de déterminer lequel est le plus adapté. Nous parlons bien entendu ici d'événements à contenus complexes et non de simples divertissements.

 

Première possibilité : une valeur ajoutée identique ? A les observer, il est souvent difficile de déterminer ce qui différencie fondamentalement chaque profil, chacun s'étant au fil du temps plus ou moins étalonné sur les autres. Résultat : toutes les appellations se vaudraient, le rôle consistant avant tout à permettre à un contenu de se diffuser quel que soient les variantes techniques utilisées. 

 

Deuxième possibilité : un intitulé commercial trompeur ? La diversité des profils est telle qu'il est difficile de bien identifier quels sont les ressorts qui habitent celui ou celle en charge d'accompagner un événement. Artiste, psychologue, spécialiste du direct, consultant, professionnel de l'information ou de la communication, formateur... Les parcours et les compétences qui se cachent derrière le rôle de Monsieur ou Madame Loyal sont légion. Or cela ne permet pas de développer les mêmes talents, d'être en parfaite adéquation avec tous les publics ni toutes les situations.

Troisième possibilité : des savoir-faire propres à chacun ? Nous le pensons. Même si une seule personne peut fort bien avoir plusieurs casquettes, portées tour à tour, il n'y a pas équivalence entre elles. Qu'on en juge. Journaliste (selon l'approche anglo-saxonne bien sûr) : sa mission est avant tout d'interpeller et de révéler les failles, les limites d'un discours pour pousser ses interlocuteurs dans leurs retranchements et ainsi mieux convaincre de leur bonne foi (sinon, il n'est qu'un passeur de plats). Animateur : il porte le contenu et la démarche prévus sur ses épaules; à lui de s'assurer que les intervenants sont crédibles et que les participants jouent bien le jeu. Facilitateur : c'est l'artiste du lâcher prise sur le déroulement d'un événement; il est là pour donner le pouvoir aux participants et pour aider les dirigeants à adopter une nouvelle posture : l'écoute.

 

Moralité : passer un peu de temps en amont d'un événement à rencontrer les potentiels chefs d'orchestre de vos prochains événements n'est pas du temps perdu. Cela représente même trois atouts :

- disposer d'une palette diversifiée d'intervenants afin de choisir toujours le mieux adapté

- mieux connaître les limites de chaque profil et donc les conditions dans lesquelles chacun peut donner le maximum de son potentiel

- imaginer son événement selon plusieurs perspectives et ainsi mieux estimer celle qui a le maximum de chances de succès.


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Cornelia Porco (vendredi, 03 février 2017 08:26)


    I feel this is among the most important info for me. And i'm happy studying your article. However wanna commentary on some normal issues, The site taste is perfect, the articles is in point of fact nice : D. Excellent task, cheers

  • #2

    Hobert Brundige (vendredi, 03 février 2017 20:48)


    Its like you read my mind! You seem to know so much about this, like you wrote the book in it or something. I think that you could do with a few pics to drive the message home a bit, but other than that, this is wonderful blog. An excellent read. I'll definitely be back.